Lancer votre auto-entreprise en moins d’une heure

Applify - App Landing HTML Template

C’est le jour J. Aujourd’hui vous démarrez votre activité en auto-entreprise. Après quelques recherches vous découvrez le statut d’auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur).

Une fois passées les publicités, vous avez découvert le statut d’auto-entrepreneur. Qu’est-ce que c’est ?


Auto-entreprise = Entreprise

Quand on est néophyte, on se demande ce que l’on est en train de créer.

Tout d’abord, l’auto-entreprise est une “entreprise classique” c’est à dire :

“Affaire agricole, commerciale ou industrielle, dirigée par une personne morale ou physique privée en vue de produire des biens ou services pour le marché ; unité économique de production ; firme : Entreprise industrielle, commerciale.” (source : dictionnaire Larousse)

Vous êtes donc simplement en train de créer votre entreprise.

“BIC” et “BNC” ne sont pas du charabia

La première étape est de qualifier son activité, c’est à dire de répondre à la question :

  • Est ce-que je vais vendre des marchandises, ou est-ce que je vais fournir des prestations de service ?

Puis de choisir entre :

  • BNC : Bénéfices Non Commerciaux ;
  • BIC : Bénéfices Industriels et Commerciaux ;

Moment délicat. Après avoir écumé le net, les meilleures ressources sont ici :

Régime “ultra-simplifié”

L’auto-entreprise est en fait un ensemble de règles simples applicables à votre entreprise. Les plus importantes sont que :

  • Vous n’avez pas à vous soucier de la TVA (mais vous devez mentionner sur vos factures : “TVA non applicable — article 293 B du CGI”) ;
  • Vos cotisations sociales se calculent forfaitairement sur le chiffre d’affaires que vous encaissez (environ 23% pour des prestations de services) ;
  • Votre Impôt sur le Revenu peut lui aussi être forfaitaire, environ 2% (il y a une condition de revenu à vérifier).
  • Vous devez déclarer votre chiffre d’affaires sur le site http://www.net-entreprise.fr” chaque mois ou trimestre à votre convenance lorsque celui-ci est encaissé.
  • Vous êtes soumis à un plafond de chiffre d’affaires annuel de 70 000€ (170 000 si vous vendez des marchandises). Si vous le dépassez vous devez vous soumettre à des règles plus complexes.

Ainsi, vous savez à l’avance que pour 100€ de chiffre d’affaires encaissé, vous reverserez environ 25€ pour votre fiscalité et votre protection sociale.

Ci dessous une ressource simple qui récapitule et détaille toutes ces règles :

Maintenant c’est le moment de faire les formalités de création.

Création

Un portail officiel et gratuit existe pour faire les formalités de création :

L’interface est pour le moins rustre, mais en quelques minutes, les champs requis sont complétés, le dossier est validé, imprimé et envoyé à votre Centre de Formalités des Entreprises pour achever la procédure.

Formaliser votre activité

Maintenant que votre activité existe, vous pouvez commencer à facturer vos clients. Il vous faut donc trouver un logiciel de facturation pour émettre des factures conformes aux obligations.

Le formalisme d’une facture est exigeant. Nous vous déconseillons la facture Word/Excel. Vous trouverez ici les mentions obligatoires et l’amende applicable en cas de défaut :

Une recherche Google : “logiciel de facturation gratuit” vous comblera par le nombre de réponses.

Aussi, si vous souhaitez vous simplifier la vie nous vous recommandons http://www.bonjourautoentrepreneur.fr


Nous ouvrons au public progressivement, vous pouvez déjà vous inscrire ici 😍.

Développer votre activité

Pour terminer nous vous partageons une découverte récente :

C’est une chaîne de podcasts sur laquelle vous retrouverez des entretiens avec des personnalités, notamment des entrepreneurs, qui pourront vous ouvrir l’esprit vers de nouveaux horizons.

S’il cette article vous a plu suivez-nous sur facebook et twitter 😄.