Quelles aides financières pour l’auto-entrepreneur ?

Quelles aides financières pour l’auto-entrepreneur ?

Vous avez un projet de création d’entreprise ? L’aspect financier et logistique de développement du projet sont souvent source de questionnements: comment vais-je financer mon activité ? Où vais-je m’installer ? Quel va être le montant des impôts et des charges ? Autant d’interrogations qui paralysent certains auto-entrepreneurs dans le développement de leur activité.

Dernièrement, en France, plusieurs dispositifs d’accompagnement ont vu le jour, à l’initiative de l’Etat des collectivités locales. C es aides à la création d’entreprise revêtent plusieurs formes : financières, aides à la formation, aides à l’accompagnement;

Les aides à la création d’entreprise peuvent se cumuler ! Cependant, ce cumul n’est pas automatique : pour bénéficier de chacune de ces aides, il faut remplir leurs conditions qui peuvent être différentes. Vous trouverez ci-dessous une compilation des principales aides financières à la création d’entreprise.

Les principales aides financières:

  • L’ACCRE: incontournable pour l’auto-entrepreneur.

l’Aide au Chômeur Créateur ou Repreneur d’Entreprise. Très sollicitée par les entrepreneurs, l’ACCRE est une aide à la création d’entreprise ouverte notamment aux demandeurs d’emploi et aux jeunes de 18 à 25 ans. L’ACCRE offre la possibilité d’être exonéré partiellement de charges sociales sur la première année d’activité. C’est le dispositif le plus sollicité en termes d’aide à la création d’entreprise pour chômeurs

Cette aide existe pour tous les créateurs ou repreneurs d’entreprise mais elle a été aménagée pour les auto-entrepreneurs.

 

  • NACRE : une aide très complète.

Le Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise (NACRE) a été mis en place en mars 2009 par le ministère de l’Economie, de l’industrie et de l’emploi. Financé par l’état, ce dispositif propose un accompagnement dans l’élaboration  et le financement de votre projet pendant au moins 3 ans. Cette aide s’articule autour de trois volets:

  • Aide au montage de votre projet
  • Aide au financement de votre projet
  • Accompagnement et soutien de la jeune entreprise durant ses trois premières
  • années d’existence.

 

  • L’ARCE : un dispositif en faveur des créateurs chômeurs

Cette aide doit être sollicitée auprès de Pôle Emploi, elle  vous permet de percevoir en capital une partie vos allocations chômage pendant la période de création de votre entreprise. Pour bénéficier de l’ARCE il faut au préalable avoir fait une demande  d’ACCRE.

Une fois la demande validée, le versement de l’Arce se fera en deux temps :

  • la première moitié après l’obtention de l’Accre,
  • la deuxième et dernière moitié six mois après la date de création ou reprise de l’entreprise.
  • Le FGIF: favoriser l’entrepreneuriat au féminin.

Le Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes peut être attribué à toutes les femmes qui veulent créer, développer ou reprendre une entreprise ; et ce quels que soient le statut  de la créatrice (salariée, sans emploi…), la forme juridique de l’entreprise, son secteur d’activité. La responsabilité de l’entreprise doit être assumée en titre et en fait par une femme. L’entreprise bénéficiaire doit avoir été créée ou reprise depuis moins de 5 ans. La durée du prêt est de 2 à 7 ans, et le montant maximal du prêt garanti est de 45000 €.

  • L’AGEFIPH : Aide à la création d’entreprise par des personnes handicapées demandeurs d’emploi.

L’Aide forfaitaire à la création et reprise d’entreprise pour les travailleurs handicapés s’adresse aux personnes handicapées qui envisagent de créer ou de reprendre une entreprise. Pour cela, le créateur ou repreneur, travailleur handicapé, doit être inscrit comme demandeur d’emploi à Pôle Emploi. Il doit être sans activité professionnelle et non démissionnaire.

Ce dispositif apporte une aide financière pour la création ou la reprise de l’entreprise et aide la personne handicapée à créer un emploi pérenne compatible avec son handicap. Toutes les formes juridiques sont acceptées, y compris le statut de l’autoentrepreneur.

Cette aide comprend :

    • un accompagnement par un organisme d’accompagnement à la création-reprise d’entreprise, avant et après la création ou la reprise de l’entreprise;
    • une trousse de première assurance, comprenant une garantie multirisques professionnelle, une garantie prévoyance (accident, maladie) et une garantie santé (soins médicaux, dentaires et hospitalisation);
    • une aide financière, attribuée au démarrage de l’activité.

Pour y voir plus clair, et solliciter une aide adaptée, voici un tableau récapitulatif des différents dispositifs :

Vous êtes

Vous pouvez solliciter

Une femme

  • Une garantie de prêt avec le CLEFE
  • Un prêt avec le FGIF

Salarié.e

  • Un congé pour création d’entreprise
  • Un contrat de sécurisation professionnelle

Demandeur.se d’emploi

  • L’ACRE
  • Le maintien de vos ARE ou l’ARCE
  • Le prêt NACRE

Allocataire du RSA

  • Une prime d’activité

Un.e entrepreneur.se innovant.e, ou évoluant dans un secteur très spécifique

  • Le crédit d’impôt recherche
  • Le statut de Jeune Entrepreneur innovant
  • Des subventions

 

 

 




Laisser un commentaire

Your email address will not be published.