Différences entre freelance et autoentrepreneur : quelles sont-elles ?

Applify - App Landing HTML Template

Dans l’esprit de beaucoup de personne, le travail en indépendant, c’est une seule et unique chose, qui implique un certain attrait pour l’aventure et le risque, et peu de stabilité financière. Freelance et autoentrepreneurs ne seraient donc que les deux faces d’un même statut ? Pas vraiment. Nous allons vous expliquer pourquoi.

Du point de vue de la loi

Depuis 2016, le terme microentrepreneur a remplacé celui d’autoentrepreneur. Cette modification induit que ce statut correspond a une forme spéciale d’entreprise individuelle, avec des formalités simplifiées, des plafonds de revenus et une obligation de déclaration.

Surtout, ce statut peut se cumuler avec une activité salariée. Le freelance, lui, n’est pas forcément un microentrepreneur, même s’il peut l’être. Il peut tout à fait opter pour une autre forme de régime juridique et fiscal (avec toutes les formalités que cela implique).

Le portage salarial est réservé aux seuls freelances

Le freelance ayant la liberté de choisir la manière dont il va gérer son entreprise, il peut également se tourner vers le portage salarial, rémunéré sous forme de salaires. Ce type de missions peut rassurer pour un début de carrière indépendante : il induit une certaine sécurité du point de vue du chômage et des prestations sociales, mais les prélèvements sont assez importants. Cette option n’est pas accessible aux autoentrepreneurs, qui déclarent obligatoirement un chiffre d’affaires lié à leur activité indépendante.

Le développement d’une entreprise

Un freelance peut également commencer en tant qu’autoentrepreneur, puis se tourner vers une autre forme juridique (EI, EIRL, EURL, SASU…). C’était auparavant le cas quand une affaire se développait, mais le relèvement des plafonds de revenu va sans doute pousser de nombreux entrepreneurs à rester sous le régime de la microentreprise plus longtemps. L’important est d’étudier quel régime est le plus avantageux, tant en termes de frais que de temps à dédier à la gestion.

Mais alors, qu’est-ce qu’un freelance ?

Un freelance est tout simplement une personne qui décide d’être son propre patron, sans plus aucun rapport hiérarchique, sans contrainte horaire autre que celle de terminer ses missions en temps et en heure.

Il est même possible de se positionner sous cette appellation tout en alternant des CDD, des missions ponctuelles ou d’autres contrats. Cette manière de travailler implique avant tout une certaine liberté. Mais ce n’est pas un statut, ni au regard de la loi, ni de la fiscalité. Un freelance ne peut pas établir de facture en tant que tel, il faut avant tout qu’il ait créé une entreprise, quelle que soit sa forme.

Vous avez donc maintenant compris que si un autoentrepreneur est toujours un freelance, l’inverse n’est pas nécessairement vrai. Le mot « freelance » n’est qu’un terme générique, comme « fruit ». À vous de choisir ensuite si vous voulez être la cerise sur le gâteau ou un fruit exotique !