Combien gagne un développeur web freelance ?

Applify - App Landing HTML Template

Si les développeurs web sont de plus en plus nombreux à s’installer en freelance, ce n’est pas seulement pour être leur propre patron, mais aussi parce qu’ils y gagnent financièrement. Pour déterminer le salaire qui sera atteint dans ce métier, il faut aussi apprendre à facturer correctement ses clients.

Quel est le salaire moyen d’un développeur web freelance ?

Chaque année, ou presque, des études sont menées afin de connaître le tarif moyen des freelances dans tous les métiers du web. Celui de développeur a donc aussi été scruté de près, d’autant que c’est un secteur en plein déploiement actuellement. Le baromètre Malt indique ainsi un tarif moyen de 463 € par jour, avec des écarts assez importants entre les développeurs qui démarrent et proposent parfois des tarifs très bas (à partir de 120 € par jour) et des professionnels expérimentés qui peuvent facturer plus de 800 € par jour. Néanmoins, il ne faut pas autant compter que ce salaire sera constant tout au long du mois : tous les jours ne sont pas des jours travaillés. Ou, du moins, pas des jours facturés.

Comment calculer son salaire mensuel en tant que développeur ?

Vous savez déjà qu’un autoentrepreneur doit déduire environ 22 % de charges sociales sur tous les montants qu’il reçoit. Vous pourrez donc déjà systématiquement ôter environ un quart des montants facturés dans le calcul de votre salaire final. Mais ce ne sont pas les seules charges à prendre en compte. Chaque mois, vous aurez à payer une location de bureau (si vous travaillez en extérieur), des frais de déplacement, de téléphone et même d’hébergement de site web (le minimum pour un développeur qui veut démontrer ses compétences). Il s’agit là de chiffres clairs, que vous pouvez additionner. D’autres sont cachés. Vous devrez ainsi penser à l’amortissement de votre matériel : en travaillant dans l’informatique, vous devez pouvoir compter sur un ordinateur réactif et efficace, et sur une tablette qui l’est tout autant pour effectuer vos démonstrations en extérieur. Pour vous, il ne pourrait être question de garder la même vieille bécane pendant dix ans. Et donc, vous aurez à renouveler régulièrement votre matériel. Encore un coût que vous avez tout intérêt à anticiper. Tous ces frais s’accumulent. Pour autant, vous ne pouvez pas simplement les amputer de vos factures, en vous basant sur un tarif journalier, pour déterminer votre salaire. Parce que vous ne travaillerez pas tous les jours.

Comment passer d’un tarif journalier à un salaire mensuel ?

En moyenne, sur un mois de trente jours, il faut compter seulement une vingtaine de jours ouvrés (en partant du principe que vous conserverez vos week-ends). Mais tous ne seront pas consacrés au développement. Par ailleurs, vous souhaiterez sans doute aussi prendre des vacances. Il faut également compter au moins quelques jours chaque mois pour le démarchage, ainsi que pour les démarches administratives (envoi de factures, comptabilité, déclarations diverses…). Et personne ne peut être à l’abri d’une maladie ou de jours où, simplement, vous serez entre deux clients. Par conséquent, les 251 jours moyens qui pourraient être travaillés dans l’année sont alors plus proches des 130 à 160 jours réels. Pour fixer votre taux journalier moyen, celui que vous facturerez à vos clients, vous devrez donc anticiper ces jours-là aussi dans votre calcul. Vous trouverez des simulateurs en ligne, comme celui de Kob-one qui vous permet de déterminer, à partir du salaire mensuel net que vous souhaitez obtenir, quel tarif journalier vous devez facturer à vos clients. Après, ce sera à vous de ne pas sous-estimer le nombre de jours nécessaires pour mener à bien vos missions. En vous basant sur les tarifs moyens de la profession, vous saurez alors ce que vous pouvez espérer obtenir comme salaire réel. Mais n’oubliez pas : c’est vous qui déterminerez combien vous allez gagner. Uniquement par votre travail et par les tarifs que vous déciderez d’appliquer.